Le genre de la fantasy n’a que peu de secrets pour Yves Meynard, autrefois directeur de la revue Solaris et aujourd’hui écrivain prolifique dont la renommée ne cesse de gagner en ampleur au fil des années. Né en 1964 dans la capitale de la province, Yves Meynard réside maintenant dans la ville de Longueuil au Québec. 

Titulaire d’un doctorat en informatique, Meynard possède sans-contredit un fort esprit analytique qui, combiné à sa capacité d’imagination, semble le moteur de ses créations. De fait, si cet auteur récupère volontiers certaines conventions de la fantasy (est-il seulement possible de faire fi de l’ensemble de ces conventions ?), il met un point d’honneur à insuffler à ses récits un vent d’originalité. Il le fait d’ailleurs avec une conscience et une fierté indéniable, s’étant longtemps porté à la défense des littératures de l’imaginaire souvent malmenées par la critique littéraire.

L’apport personnel d’Yves Meynard est manifeste dans son premier roman en anglais The Book of Knights (1998), publié chez St. Martin’s Press et chez Beauport en 1999 dans sa version française. Revisitant l’une des matières les plus prisées des écrivains descendants de Tolkien – la légende arthurienne, Meynard reprend l’un des personnages les plus connus de la légende, le personnage de Lancelot, et le transporte dans un imaginaire nouveau où les hommes sont issus des profondeurs de l’eau.

De 1992 à 1996, Yves Meynard a remporté pas moins de huit prix littéraires pour ses œuvres romanesques (prix Aurora, prix Boréal et Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois) et, surtout, pour ses nouvelles, une forme narrative que l’auteur apprécie particulièrement. L’écrivain compte à ce jour plus d’une cinquantaine de nouvelles à son actif, écrites tant en français qu’en anglais.