Depuis 1992, les créations de cette écrivaine et artiste québécoise se déploient au sein de plusieurs genres (la vidéo, la photographie, l’art audio, littérature et la modélisation 3D) et vont à la rencontre d’un public à la fois jeune et adulte.

En effet, de 2001 à 2017, Karoline Georges a écrit quatre romans, un recueil de nouvelles, un recueil de poésie et une œuvre de littérature jeunesse, en plus d’avoir créé un grand nombre de productions d’art numérique.

Le roman De synthèse (2017) est le plus récent ouvrage de Karoline Georges. Il s’inscrit, à l’image de La mue de l’hermaphrodite (Leméac, 2001) et d’Ataraxie (L’effet pourpre, 2004), dans la quête du sublime entreprise par l’auteure et ses personnages. Qualifié de « roman le plus personnel » de Georges par le journal La Presse, De synthèse a été choisi pour faire partie de la sélection du prestigieux Prix des libraires du Québec.

La protagoniste de ce dernier roman, dont l’alter ego se prénomme Anouk, possède de nombreuses caractéristiques en commun avec sa créatrice : un intérêt pour l’esthétisme télévisuel manifesté depuis l’enfance, une certaine obsession pour l’image de même que l’expérience d’un drame familial aux répercussions déterminantes.

Aussi récipiendaire du Prix à la création artistique du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2012, Karoline Georges propose à ses lecteurs des réflexions intéressantes et personnelles sur les notions du sublime, du huis clos et, en amont, du lien étroit entre le virtuel et l’humain.